Avizier

Avizier

Elena Simina Tănăsescu a primit Ordinul Naţional pentru Merit în grad de Cavaler, acordat de Republica Franceză

La finalul săptămânii trecute, Universitatea din Bucureşti a aniversat 15 ani de activitate a Colegiului Juridic Franco-Român de Studii Europene şi 152 de ani de existenţă a Facultăţii de Drept.

Vineri, 25 noiembrie, în cadrul unei ceremonii la care au participat reprezentanţi din 15 universităţi franceze şi ai facultăţilor de drept din cadrul acestora, a fost semnată o convenţie între Universitatea Paris I Panthéon Sorbonne şi Universitatea din Bucureşti care reglementează activităţile Colegiului Juridic Franco-Român de Studii Europene

Sâmbătă, 26 noiembrie, lucrările Colocviului aniversar "Abordări franco-române în faţa provocării europene" au fost deschise de Excelența Sa, Ambasadorul Republicii Franceze la Bucureşti, Henri Paul. Pe parcursul întregii zile s-au desfăşurat succesiv patru ateliere, în cadrul cărora cadre didacitce și  jurişti din cele două ţări, prin temele abordate, au reliefat preocupările din cele două țări pentru evoluția actuală a legislațiilor naționale, în context european, aducând, în acest fel, un omagiu cooperării universitare franco-române.

În cadrul acestui eveniment, Excelența Sa, Ambasadorul Republicii Franceze la Bucureşti, Henri Paul, i-a înmânat doamnei prof.univ.dr. Elena Simina Tănăsescu, prodecan al Facultăţii de Drept însemnele Ordinului Naţional pentru Merit în grad de Cavaler, decorație acordată de Republica Franceză printr-un brevet semnat de Președintele Nicolas Sarkozy.



Elena Simina Tănăsescu este profesor în cadrul  Departamentului de Drept Public la Facultatea de Drept şi la Colegiul Juridic Franco-Român de Studii Europene, fiind prodecan al Facultății de Drept a Universității din București din anul 2008. În cariera sa didactică şi academică, a predat la universități prestigioase precum:  Universitatea din Sud, Toulon-Var, Franţa (2005), Academia Internaţională de Drept Constituţional, Tunis, Tunisia (2008), Universitatea din Fribourg, Elveţia (2008), Universitatea Paris I Panthéon Sorbonne, Franţa (2009), şi a fost cercetător invitat la Institutul pentru Federalism, Fribourg, Elveţia (1999 – 2000). Este reprezentantul României în Consiliul de Administraţie al Agenţiei pentru drepturile fundamentale a Uniunii Europene şi, din 2009 până în 2011, a fost membru în Consiliul Superior al Magistraturii, ca reprezentant al societăţii civile.



Je suis très heureux de vous retrouver une fois de plus dans ce prestigieux Palais de la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest pour l’ouverture du Colloque anniversaire du Collège Juridique Franco-Roumain d’études européennes, institution qui, comme vous le savez, me tient particulièrement à cœur.

Intitulé « Approches franco-roumaines face au défi européen », ce colloque traduit l’amitié qui lit un Etat membre fondateur de l’Union - la France - et un membre plus récemment intégré, la Roumanie, ensembles face au défi européen.

Il rend parfaitement compte de la profonde tradition de coopération et d’amitié entre les juristes de nos deux pays. Cette tradition qui a permis, sur impulsion de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne et de la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest, tout d’abord la délivrance dès 1993 d’un diplôme d’université commun en Droit européen des affaires, mais aussi que fructifie l’idée de créer un centre d’enseignements spécialisés afin de contribuer à la préparation de la Roumanie en vue de son adhésion à l’Union européenne. Le succès est au rendez-vous et permet l’ouverture, en 1995, du Collège Juridique Franco-Roumain d’études européennes qui peut désormais s’appuyer sur un Consortium des plus grands établissements français

Quinze ans après sa création, la filière a su dépasser sa vocation initiale d’accompagnement. Lieu consacré de l’élite universitaire, il compte sur ses bancs des étudiants brillants qui, une fois diplômés, deviennent les acteurs clés dans le domaine juridique, et plus largement dans le milieu des affaires ou de la fonction publique européenne et internationale. Les professeurs de droit que l’on peut y croiser comptent parmi les plus influents en France et en Roumanie. J’en veux pour preuve Madame Simina-Elena TANASESCU, à qui je suis heureux de rendre un hommage particulier en ouverture de ce colloque anniversaire en lui remettant les insignes de chevalier de l’Ordre National du Mérite, décoration que la République française réserve à ceux dont les réalisations au service du bien commun se doivent d’être montrées en exemple.



Madame Le Vice Doyen aux Relations Internationales, Madame la Présidente de l’AFRJ,

Nous en sommes à la fin des années 80, au cœur de l’hiver. Vous êtes étudiante en Droit mais aujourd’hui vous n’êtes pas à la Faculté, les cours ne peuvent pas avoir lieu car il fait trop froid. Vous décidez de passer la journée au Parc Cismigiu, où vous faites la rencontre du Garde Champêtre. Il vous invite à discuter, vous lui racontez que vous détestez vous lever tôt, que vous adorez le Parc et que vous hésitez à poursuivre vos études en Droit. Il est heureux de vous parler avec simplicité de son travail qui le passionne et le rend heureux. Cette conversation est pour vous une révélation. Vous retournez à la Faculté de Droit avec l’impression d’avoir reçu une leçon qui vous donne la conviction que vous avez quelque chose de grand à accomplir et que seule la réalisation de vos aspirations vous rendra libre et heureuse. Munie de cette force vous débutez un remarquable parcours qui vous liera profondément à la France.

Après avoir obtenu votre Licence à la Faculté de droit de l’Université de Bucarest en 1991, vous choisissez Aix-en Provence pour poursuivre votre formation et obtenez l’année suivante votre Diplôme d’Etudes Approfondies en Droit Constitutionnel. Vous rentrez en Roumanie et exercez une année durant les fonctions de Juge au Tribunal de Première Instance de Bucarest. Mais cette expérience ne vous convainc guère, et une partie de vous est restée en France, où votre appétit scientifique peut enfin être assouvi. Vous retournez à Aix-en Provence pour des études de Doctorat en Droit Constitutionnel et soutenez vote thèse en septembre 1997. Votre vivacité d’analyse, la pertinence de vos réflexions, votre approche novatrice et votre personnalité déjà bien forgée séduisent votre jury qui vous octroie la mention « très bien avec félicitations du Jury » pour vos travaux sur « le principe d’égalité en droit roumain ». Le lien établi avec la France qui se place alors sous le signe de l’excellence universitaire vous suivra dans tous vos engagements.

Le premier d’entre eux est un engagement européen : alors que vous êtes encore doctorante, vous êtes experte juridique dans le cadre du programme de pré-adhésion PHARE. Vous devenez en Octobre 2000 Conseiller de Préadhésion auprès de la Commission Européenne dans le domaine Justice et Affaires intérieures et vous œuvrez pendant 6 ans à ce poste, contribuant activement à la préparation de votre pays aux échéances de 2007. Vous poursuivez même son accompagnement au-delà de l’adhésion (on vous retrouve expert principal du projet PHARE dans le cadre de la statistique en 2010).

Vous menez simultanément et avec ténacité d’autres combats pour la promotion des droits fondamentaux et la défense de la société civile - ces valeurs si chères à la République Française, et inscrivez vos efforts au sein des instances les plus emblématiques dans le domaine Vous êtes depuis 2001 représentante de la Roumanie auprès du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, et depuis 2007 auprès de l’Agence Européenne des Droits Fondamentaux. Enfin, de septembre 2009 à 2011, vous siégez au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature pour représenter les intérêts de la société civile.

Ces activités ne vous empêchent aucunement de mener une impressionnante carrière universitaire que vous débutez alors que vous n’êtes encore que doctorante, en tant que chargée de cours dans cette Faculté de Droit. Vous y obtenez rapidement le respect de vos pairs comme des étudiants qui vous reconnaissent volontiers des qualités d’intégrité et de modernité. Vous gravissez tous les échelons académiques jusqu’à devenir Professeur de Droit en 2001. Dès la création du Collège Juridique Franco-Roumain d’études européennes en 1995 vous répondez présent et dispensez en français des cours de droit Constitutionnel – matière à laquelle vos vouez une véritable passion. Vous écrivez avec acharnement - vous avez à votre actif plus de 35 articles et une douzaine de participation à des manuels - forgeant votre réputation de scientifique de haut niveau en Roumanie et au-delà. C’est le cas en France, où les universitaires avec qui vous avez su tissé de profonds liens d’amitié lisent avec attention vos articles proposant un regard parfois très critique sur la protection constitutionnelle de l’équilibre du pouvoir et des droits fondamentaux.

Votre destin universitaire est définitivement lié à celui de la France : en 1999 puis à différentes reprises par la suite vous êtes professeur invitée dans les plus grandes universités françaises, notamment à Paris I Panthéon-Sorbonne. Vous êtes de tous les séminaires internationaux importants, en Tunisie, en Grèce au Mexique ou en Chine, mais vous retournez toujours à Aix-en-Provence dans le cadre des tables rondes annuelles du Groupe d’Etudes et de recherche sur la Justice Constitutionnelle. Ce n’est plus l’étudiante qui se promenait dans les Parcs et qui avait trouvé en la France un refuge intellectuelle que l’on accueille là-bas, mais l’experte internationalement reconnue qui fait la fierté de tous. Votre parcours est irrésistible : Directrice du centre de recherche en droit public, vous rejoignez en 2008 l’équipe du Doyen Flavius BAIAS – autre francophone et francophile bien connu – en tant que Vice-Doyen aux Relations Internationales de la Faculté de Droit. A ce titre vous être responsable du Collège Juridique, et grâce à votre implication personnelle sans faille, vous permettez à cette belle institution de prendre un nouvel essor. L’envergure du Colloque anniversaire organisé aujourd’hui en est un témoignage irréfutable. Depuis Juin 2010, vous êtes également Présidente de l’Association Franco-Roumaine des Juristes au sein de laquelle vous œuvrez avec talent à la coopération entre la France et la Roumanie, ce que vous faites personnellement depuis de nombreuses années.

Madame Simina Elena TANASESCU, pour ce parcours remarquable, pour votre attachement à la mise en œuvre des valeurs universelles, pour votre implication dans le resserrement des liens qui unissent la France et la Roumanie, au nom du Président de la République, je vous fais Chevalier de l’Ordre National du Mérite.



Votre Excellence, Monsieur l’Ambassadeur de la République Française,
Monsieur l’Attaché à la coopération culturelle,
Monsieur le Recteur,
Messieurs les Vice-présidents des universités,
Messieurs les Doyens,
Mesdames et messieurs,
Chers étudiants,
Chers collègues et amis,

Permettez-moi de commencer par mes remerciements les plus sincères à toutes les personnes et toutes les instances qui, ensemble, ont œuvré pour aboutir aujourd’hui à cette cérémonie. C’est peu dire que la décision du Président de la République Française, prise sur proposition du Ministre des Affaires Etrangères et Européennes, de nommer ma modeste personne Chevalier de l’Ordre National du Mérite m’honore et me touche profondément.



J’avoue que lorsque j’ai appris la nouvelle, il y a tout juste quatre jours, lors d’un voyage au Brésil, j’ai été tellement surprise que ma première réaction fût de me demander s’il ne s’agissait pas d’une erreur, d’autant plus que mes rapides recherches sur internet m’ont fait savoir que la haute distinction était accordée pour des mérites distingués rendus à la nation française. Or, il se trouvait que ma perception était quelque peu différente : l’Etat qui m’avait fait confiance lorsque je n’avais pas encore fini mes études juridiques, l’Etat qui avait investi beaucoup dans ma formation professionnelle, l’Etat qui avait interprété ses propres règles d’une manière extrêmement souple pour que je puisse bénéficier deux fois, de suite, de deux bourses du Gouvernement français alors même que cela était déclaré formellement impossible par toutes les instances et toutes les autorités compétentes, l’Etat qui m’avait accueilli, et ce pendant des nombreuses années, même après avoir fini mes études, avec une générosité inégalable dans ses universités et centres de recherches, ne serait-ce tout simplement l’Etat qui m’avait accordé le diplôme de docteur en droit ‘mention très honorable aves les félicitations du jury’ s’apprêtait maintenant à me décorer aussi.

Et comme si cela n’était pas suffisant, votre excellence, Monsieur l’Ambassadeur, vous avez eu la gentillesse et la générosité de me laisser le choix par rapport à la date et le cadre de cette cérémonie. Je suis comblée.

Je ne peux qu’exprimer ma gratitude et mon bonheur.
Ma gratitude car cette cérémonie arrive dans un moment anniversaire, où l’on célèbre 152 ans d’existence de la Faculté de droit de Bucarest et 15 promotions (déjà !) d’émoulus de cette belle aventure qui est le Collège juridique franco-roumain d’études européennes, et qu’il ne pouvait pas y avoir un meilleur moment et un meilleur cadre pour marquer le soutien indéfectible que la France porte à la Roumanie, dans le domaine juridique aussi, que celui de la signature d’une nouvelle convention portant sur la coopération franco-roumaine.

Bonheur, car si je reste persuadée que ma modeste personne ne mérite sans doute pas un si grand honneur, je pense que par cette distinction la France a visé plutôt l’enseignement supérieur de la Roumanie, et j’ose espérer tout particulièrement l’Université de Bucarest (représentée ici par Monsieur le Recteur) et sa Faculté de droit (représentée ici par Monsieur le Doyen), ainsi que le Collège juridique franco-roumain (dont nous avons fêté hier le coordinateur, Monsieur le Professeur Michel Verpeaux, et que plus généralement nous célébrons ces jours-ci).

Et si personnellement je n’ai aucun mérite, je tiens à exprimer ma reconnaissance (et fierté !) d’avoir eu la chance et la possibilité de prendre part, ensemble avec tous mes collègues, à un des plus abouti projets de coopération entre la France et la Roumanie (des temps actuels).

Doamnelor si domnilor,

Ingaduiti-mi ca pe langa multumirile adresate tuturor celor care au contribuit pentru ca ceremonia de astazi sa poata avea loc într-un mod atât de reusit sa îmi exprim gratitudinea si fata de cei si cele care ati facut dovada generozitatii dvs. si ati decis sa petreceti cateva minute intr-o sambata dimineata in Sala Stoicescu din cladirea Facultatii de drept din Bucuresti pentru a participa la o festivitate care, pe lânga celebrarea excelentei cooperari dintre Franta si România, îndraznesc sa sper ca onoreaza si autentica valoare a învatamântul juridic românesc.

Votre Excellence,

Tous les mérites vont à la nation française, que vous représentez avec tant de compétence et dévouement à Bucarest. Je peux seulement remercier la France pour tout ce qu’elle a fait.

Je vous remercie pour votre attention

Data publicării: 06.12.2011

« înapoi